jouis en elle. Je pouvais voir les gouttes claires couler sur sa peau. Je sentais mon extase venir, mais je devais me retenir sachant que ma belle naime

guère avalé. Cest ainsi que ma fiancée se mit à me taquiner et à me narguer. Mon sexe collé sur ses fesses dénudées ne demande que daller en elle. Ho, oui mon amour. Oui, mais fait attention, je suis au bord de lérection. Après avoir fait les salutations à toute la famille, mon oncle nous a tous offert un verre de Whisky mélangé à du sirop dérable, un vrai petit délice. Elle me murmure de continuer, mes doigts se glissent sous le tissu. Je vois mon amour que je suis bien meilleure que toi! Je la vois qui rigole et qui séloigne dans le sentier. Son visage clair parsemé de tache de rousseur, ses yeux brillants noisette et ce délicieux sourire quelle moffre à tout instant. Ma bouche dévorait sa peau mouillée et sucrée. Parfait, jai vraiment envie de boire directement à la chaudière. Le soleil fait briller la douce peau blanche de Marianne qui me caresse avec envie.

Car oui, je te promets que tu seras récompensé. Dos à moi, cest pas drôle, mais faut faire des efforts pour courtiser et coucher avec sa femme. Adossée au tronc, elle vivastreet rencontre gay cluses était là, mes lèvres lui dévorent les épaules et je souffle gays de 18 ans baise dexcitation à son oreille. Sa poitrine bien généreuse et sans oublier le divin charme de ses jolies fesses. Marianne avait dévalé une légère pente et récoltait ses dernières chaudières. Lune de ses mains dirigeait mon sexe vers sa bouche alors que de lautre elle me caressait doucement lintérieur des mes cuisses. Ainsi que mes couilles, mon oncle me voit et remarque vite que ma chaudière est vide et que mes vêtements sont trempés et couverts de neige. Prenant soin de souffler sur sa nuque et de remonter à ses lèvres. Mes mains caressaient son corps avec envie et les siennes sétaient accrochées à mon cou.

Délice du temps des sucres.Cette délicieuse histoire a eu lieu par un bel après-midi de printemps à la cabane à sucre de mon oncle.

Marianne femme sappuie contre le tronc de larbre et se restaurant cambre afin de moffrir une vue parfaite de son sexe rosé et de ses belles fesses blanches. Mes lèvres glissèrent doucement vers son cou. Je suis complètement perdu dans mon excitation.

Mes baisés firent le chemin vers son cou et ma langue se baladait sur sa peau.Après un moment, elle me dit quelle va bientôt jouir.